Photographie et réalité

Dans le cadre du dernier sujet d’arts plastiques de 3ème bientôt en ligne, nous avons évoqué le rapport entre  image et réalité. Parfois, en photographie, on se sert de la réalité pour la rendre plus convaincante et ainsi orienter le spectateur vers un point de vue qui nous est personnel ( par le cadrage, le point de vue, les couleurs..).

A d’autres moments, la photographie associée à d’autres moyens techniques permet de fausser la réalité, de jouer avec elle au point de la tourner en dérision et faire douter son spectateur. Dans les 2 cas, les images communiquent un message. Ici ces deux propos seront illustrés par deux photographies d’artistes et d’époques différents.

La jeune fille à la fleur   Que pensez vous de cette oeuvre ?

La fille à la fleur de Marc Riboud, 1967

La fille à la fleur de Marc Riboud, 1967

Présentation:
Photographie en noir et blanc prise format paysage
Il s’agit d’ une photographie de presse

Contexte de l’oeuvre
Il s’agit d’une photographie prise en octobre 1967 à Washington D.C. à l’occasion d’une manifestation contre la guerre du Viêt-Nam.

Description/Analyse

  • A droite , au premier plan, une jeune fille est face à une rangée de soldats armés, et casqués ( à gauche ) avec, comme seule défense, une fleur à la main. Le choix du cadrage et celui de la focale qui règle la netteté sur le premier plan et plonge l’arrière-plan dans le flou, met en évidence la jeune fille. De ce fait la symbolique de la paix est renforcée. Sa chemise à fleurs évoque la mode hippie, ainsi que sa coiffure anticonformiste (coupe courte) Son geste montre une forme de piété, de paix et de calme.
  • Les soldats ,eux,  sont tous vêtus à l’identique au point de se confondre et de ne faire qu’un.  Les forces de l’ordre respecte leur mission qui est de contenir la manifestation et prévenir tout débordement. Tandis que la jeune fille montre le visage du calme et de la sérénité, les soldats semblent sur la défensive. Ils sont prêts à charger, fusils pointés en avant, leur attitude est agressive et correspond à leur fonction de soldat.
  • De chaque côté, les individus incarnent deux positions opposées : pour et contre la guerre. A priori, on peut imaginer que Marc Riboud n’est ni pour ou contre l’ un des deux camps car il se situe sur la ligne de front. Pourtant si on analyse l’image du point de vue de sa composition, on comprendra davantage son point de vue:
  • Cette photo est construite sur une opposition entre les signes situés à gauche et ceux situés à droite d’une verticale imaginaire tracée au milieu de l’image.
    gauche/droite (passé/avenir), hommes/femme, pluriel/singulier, sombre/clair, horizontales/verticale, flou/net
    homme-arme-guerre /femme-fleur-paix
    violence/non violence
    homme actif /  femme passive
    Impérialisme/ résistance
    Mort / vie
    Les soldats, nombreux, identiques et anonymes (sans visage) /  la jeune fille clairement identifiable (a un visage)
    Machine de guerre/ être humain. Une armée/ un individu
    Guerre / Paix
    Force/courage

Quelques mots sur Marc Riboud…A vous de proposer!!!!

Message de l’artiste
Cette photographie symbolise la génération hippie et le désir absolu de vivre en paix. La jeune fille peut représenter les autres pacifistes et manifestants à elle seule.  A travers cette image , Marc Riboud célèbre le  flower power et témoigne de la jeunesse contestataire des années 60.

Complément d’information par Margot de la 306, merci à elle:

« Ce jour-là, devant le Pentagone, les pacifistes veulent se faire entendre. Une jeune fille, Jane Rose Kasmir s’approche de la garde. Face aux baïonnettes, elle ne tremble pas. Marc Riboud est là. Il capture l’un des clichés symbole du pacifisme anti-guerre du Vietnam. (contexte historique)
-Une fleur contre des armes. Que peut cette petite fleur contre cette horde de baïonnettes ? Physiquement, rien. Symboliquement, tellement. Face à face terrible dévoilé par cette photo où l’inégalité effraie. Les mains porteuses d’espoir et de paix, cette pacifiste défie les soldats d’un sourire pour cacher les larmes des victimes qui reposent sur elle. Larmes face à l’arme. C’est l’alarme d’une manifestation contre la guerre. Encore la guerre…Toujours la guerre. (les mots qui en ressortent)
-Marc Riboud : « Je photographie avec frénésie, la nuit tombe, j’épuise mes films, quand cette jeune fille, seule face aux baïonnettes, dessine avec une fleur le symbole de la jeunesse américaine. »

Philippe Ramette A SUIVRE…
Qui propose une oeuvre et un petit commentaire??

10 commentaires pour Photographie et réalité

  1. Elina dit :

    Bonjour madame Carlier, merci pour avoir posté ces informations concernant cette oeuvre, je la trouve très intéressante car elle éveille une forme d’émotion. Voir la jeune femme avec une fleur en face de soldats sans pitié révèle un drôle de paradoxe, c’est une idée très originale.
    Concernant les oeuvres de Philippe Ramette, je ne sais pas trop quoi proposer car il y en a tellement ! Bonne fin de week end.

    • Melle Carlier dit :

      Bonjour Elina, merci pour ton commentaire. Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant la photographie de Marc Riboud. Pour Philippe Ramette, propose celle que tu veux et dis moi pourquoi tu l’as choisie..ce serait bien! A très bientôt!

  2. Margot dit :

    Merci d’avoir posté cette oeuvre, comme nous vous l’avions demandé en cours. Je pense que je vais la choisir pour l’histoire des arts, du moins, je prendrai surement 2 oeuvres/3 étudiés en art-plastique, car ce sont à mon avis les plus intéressantes. Voilà, merci encore de nous aider et nous entraîner pour cette épreuve, bonne soirée.

    • Melle Carlier dit :

      Bonjour Margot, tout d’abord je t’en prie, c’est une aide qui me fait plaisir également si toutefois j’y parviens..nous verrons cela à la fin. J’essaierai de poster un écrit également concernant une oeuvre qui est liée au deuxième sujet pour contenter tout le monde…j’ai une petite idée… A très bientôt. Et merci pour cette première participation!

  3. Elina dit :

    Bonjour Madame Carlier, pour la Jeune fille à la fleur, je pense Marc Riboud veut aussi se manifester et se révolter contre la guerre dans les années 1960 à travers cette photo. Il ne veut donc pas seulement symboliser la génération hippie et célébrer le « peace and love ». Est ce que je peux rajouter ce détail dans mon résumé perso ? Merci et bonne soirée

    • Melle Carlier dit :

      Bonjour Elina, excuse moi pour le retard. En effet, on peut aller plus loin en « supposant », j’insiste sur cette notion d’hypothèse. Encore une fois nous ne sommes pas dans la tête de l’artiste et il faut rester vigilant quand à « affirmer » sa volonté profonde. Il est possible de penser, en effet qu’à travers cette photo, Marc Riboud manifeste une forme de révolte contre cette situation de guerre. Voici le site de Marc Riboud..il peut être intéressant de voir l’ensemble de son travail photographique.Merci encore pour ta participation, à très bientôt!

  4. Elisa dit :

    Bonjour Mademoiselle Carlier,
    Je vous remercie pour les informations sur l’oeuvre « La jeune fille à la fleur ». Cette oeuvre est poignante et très intéressante, donc sans aucun doute, je la prends pour l’histoire des arts!
    Pour les oeuvres de Philippe RAMETTE je propose celle ci : L’inversion. Elle fait parti de sa collection : exploration rationnelle des fonds marins. Je la trouve très intéressante car je perçois un message intervient souvent dans ma vie.
    Merci
    Elisa

    • Melle Carlier dit :

      Tout d’abord, bienvenue Elisa et merci pour cette première participation sur le site. Comme je vous l’ai dit ce matin, il me paraît difficile de s’aventurer dans l’analyse d’une oeuvre de Philippe Ramette car le temps nous est compté. Toutefois, tu peux prendre quelques informations intéressantes sur ce site. Je dois t’avouer que je ne trouve pas l’oeuvre dont tu me parles. Laisse ici le lien du site sur lequel tu as trouvé l’image, si possible. Merci encore, et bonne continuation!

  5. Margot dit :

    J’ai dis que j’allais vous donner des informations supplémentaies, alors voilà :
    -Ce jour-là, devant le Pentagone, les pacifistes veulent se faire entendre. Une jeune fille, Jane Rose Kasmir s’approche de la garde. Face aux baïonnettes, elle ne tremble pas. Marc Riboud est là. Il capture l’un des clichés symboles du pacifisme anti-guerre du Vietnam. (contexte historique)
    -Une fleur contre des armes. Que peut cette petite fleur contre cette horde de baïonnettes ? Physiquement, rien. Symboliquement, tellement. Face à face terrible dévoilé par cette photo où l’inégalité effraie. Les mains porteuses d’espoir et de paix, cette pacifiste défie les soldats d’un sourire pour cacher les larmes des victimes qui reposent sur elle. Larmes face à l’arme. C’est l’alarme d’une manifestation contre la guerre. Encore la guerre…Toujours la guerre. (les mots qui en resortent)
    -Marc Riboud : « Je photographie avec frénésie, la nuit tombe, j’épuise mes films, quand cette jeune fille, seule face aux baïonnettes, dessine avec une fleur le symbole de la jeunesse américaine. »

    • Melle Carlier dit :

      Merci Margot, c’est vraiment très intéressant. Je suis contente que cette oeuvre vous plaise et vous touche…Il y en a tellement…Je propose d’ajouter ton commentaire en bas de page pour que les autres y aient accès plus facilement. Merci encore pour ta participation. N’hésite pas à me poser des questions sur le site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s